Communiqué de Ensemble! Contre le 49.3, la motion de censure.

Valls vient de confirmer le recours au 49.3 pour faire adopter sans vote le loi travail en 2e lecture à l’Assemblée nationale.

C’est un nouveau coup de force pour faire passer une loi contestée par la majorité de l’opinion publique, l’intersyndicale regroupant des syndicats de salariéEs et de jeunesse.

C’est également l’affichage du mépris gouvernemental contre les millions de salariéEs et de jeunes qui ont manifesté, fait grève, construit le mouvement citoyen Nuits debout, pendant 4 mois, dans toute la France, pour exiger le retrait de cette loi.

Bafouant tout dialogue social, le gouvernement, qui n’a concédé que quelques modifications, a refusé jusqu’au bout de revenir sur l’article 2 qui consacre l’inversion des normes et permet aux entreprises de pratiquer le dumping social concernant le temps de travail.

Par la répression, les nombreuses violences policières, les provocations, le gouvernement a tout fait pour étouffer la contestation.

Peine perdue !

Il ne lui reste que l’arme anti-démocratique du 49.3 qui divise sa propre majorité.

Aujourd’hui, 5 juillet, c’était la 12e manifestation depuis le mois de mars. Et dans la rue, une nouvelle fois, les salarié-e-s du privé, du public, les jeunes ont dit non à la loi El Khomri et non au coup de force gouvernemental, avant de se rassembler à proximité de l’Assemblée nationale.

On ne lâchera rien et de nouvelles mobilisations et initiatives verront le jour.

Face à ce passage en force, il faut que les député-e-s du Front de gauche, ainsi que tous-tes ceux-celles opposé-e-s à la loi travail déposent une motion et votent la censure.

Cela ne rend que plus urgent la reconstruction d’une alternative politique, sociale et écologiste aussi bien dans les urnes que dans les mobilisations.

Le 5 juillet 2016.