Communiqué de Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys, conseillers régionaux Occitanie, France Insoumise : Pour mieux relier Toulouse à Paris, vite une solution plutôt que la LGV délirante à 10 milliards !

Dans son édition de samedi 23 novembre, la Dépêche du Midi consacre une double-page « pour accélérer l’arrivée de la LGV à Toulouse », avec une interview centrale de Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.

La LGV coûterait 10 milliard d’euros (sans compter la construction d’une centrale électrique thermique exclusive pour alimenter la ligne).

A l’heure où l’Etat doit 5 milliards d’euros aux collectivités locales en Midi-Pyrénées (communes, métropole, départements et région) en les étranglant par les baisses des dotations et la non-compensation financière des missions de décentralisation, nous disons que c’est impossible et dangereux.

Nous nous opposons à ce projet délirant financièrement et destructeur au plan écologique.

Pour améliorer la liaison rapide avec Paris, deux alternatives existent pour trois ou quatre fois moins cher :

– améliorer la structure de la ligne Bordeaux -Toulouse

– moderniser l’axe Paris-Orleans-Limoges-Toulouse avec une ligne pendulaire.

Relier Toulouse à Paris en moins de quatre heures, c’est possible, viable, pour beaucoup moins cher et sans ravage de l’environnement.

Nous sommes aux côtés des opposants à la LGV et de toutes celles et ceux qui savent chaque jour qu’il faut plutôt investir dans les trains du quotidien, plus nombreux et ponctuels, avec des personnels présents dans les trains et le gares pour notre sécurité et notre confort.

Soucieux de l’intérêt général, de la bonne utilisation sociale et écologique de l’argent public, nous défendrons encore et toujours cette vision alternative lors de la prochaine assemblée plénière régionale du 19 décembre, consacrée au budget 2020.

Myriam Martin, Jean-Christophe Sellin et Guilhem Serieys

Conseillers régionaux Occitanie, France Insoumise