Compte rendu de l’assemblée plénière du 27 juin 2019 par Myriam Martin

L’assemblée plénière du 27 juin 2019, avait comme d’habitude pléthore de rapports à l’ordre du jour, abordés en une seule journée.

L’exercice a quelques chose désormais de stakhanoviste et le débat démocratique en pâtit forcément et fortement.

Pour nous élus insoumis, administrativement non-inscrits, l’expression démocratique est réduite à sa portion congrue, puisque réduite à une minute de temps de parole pour chacun-e d’entre nous sur l’ensemble des rapports soumis au débat!

La Décision Modificative Budgétaire

A l’ordre du jour une décision modificative budgétaire pour laquelle nous nous sommes abstenus. En effet, même si un certain nombre de sujets ne nous posait pas de problème, quelques uns nous interrogeaient : 1,5 millions d’euros pour la solidarité avec Notre Dame de Paris, la formation d’une Société Publique Locale concernant deux aéroports régionaux. Concernant le premier sujet Myriam Martin a rappelé : 1) qu’il est surprenant de trouver une telle somme en quelques jours quand l’ensemble des mouvements sociaux ces derniers mois dénoncent les inégalités sociales et la non satisfaction des besoins sociaux,

2) que l’état doit assurer la réfection du monument ( loi de 1905)

3) qu’il n’y a aucune solidarité à exprimer en direction de l’état quand celui ne l’est pas en direction des collectivités qu’il étrangle peu à peu en diminuant chaque année la dotation globale de fonctionnement.

Quant au deuxième sujet, nous n’avons pu développer faute de temps mais nous avons pointer du doigt l’essentiel du débat, au delà du remplacement d’une délégation de service public, onéreuse pour la région, par un service public local, la vraie question est celle du coût financier et environnemental d’aéroports locaux (Vous pouvez visionner l’intervention de Myriam Martin en cliquant ici).

Une démocratie bafouée

Dans la dernière intervention de une minute, Guilhem Serieys a insisté sur la crise démocratique grave que traversait notre pays et s’est étonné et insurgé à juste titre de la suppression d’un vœu des élu-e-s insoumis proposant à la région des modalités de mobilisation de nos concitoyen-n-e-s en faveur du référendum sur ADP. Vœu non recevable car considéré comme non d’intérêt régional par la présidente de région, Carole Delga et par M. Onesta, gardien du règlement intérieur! ( Vous pouvez visionner l’intervention de Guilhem Serieys en cliquant ici et lire le vœu proposé sur ADP ici).

Nous avons protesté avec véhémence et détermination contre le temps ridicule accordé, contre la suppression arbitraire d’un de nos vœux et de la mention faite à notre identité politique France Insoumise qui nous est refusé! Nous continuerons à nous battre pour la reconnaissance de nos droits jusqu’à l’obtention d’un groupe.

De nombreux rapports et quelques éclairages

Comme déjà écrit ci dessus nos assemblées plénières abordent de nombreux rapports et sujets en peu de temps (une seule journée). Il n’est pas question de tout évoquer là mais d’éclairer quelques points ainsi que nos votes.

Nous avons soutenu le plan de la région concernant l’hydrogène vert en Occitanie. Nous défendons et soutenons les projets qui vont dans le sens du développement des énergies renouvelables, nous sommes déjà intervenus sur ce thème de l’ hydrogène vert précédemment en assemblée plénière. Nous nous félicitons donc que ce nouveau plan soit adopté. Toutefois la question de la transition écologique n’est pas pensée suffisamment comme transversale et structurante. C’est d’une planification démocratique et écologique dont nous avons besoin bien sûr au delà des frontières régionales et nationales.

Nous nous sommes abstenus sur les rapports relevant du tourisme et du thermalisme. Nous avons conscience que ces activités ne sont pas négligeables dans l’économie régionale. Mais malgré les amendements d’EELV ( assez peu contraignants du point de vue écologique) ces rapports ne prennent pas assez en considération les risques pour l’environnement et ont comme objectifs surtout d’assurer la compétitivité du territoire vis à vis des autres régions.

Enfin nous nous sommes abstenus sur les budgets participatifs. Ceux des lycées peuvent être considérés comme des budgets avec participations des élèves. Les deux nouveaux proposés ( Montagne et climat ) sont davantage des appels à projets. La région s’est engagée sur la mise en place de ces budgets à hauteur de 1% de ce dernier. On est encore loin du compte dans ce qui est proposé actuellement. Mais au delà, la conception d’un vraie budget participatif n’est pas celle proposée par la région. Les outils démocratiques à mettre en place sont à réfléchir mais parvenir à impliquer nos concitoyen-n-e-s dans les décisions budgétaires qui les concernent, est l’objectif.

Nous avons voté pour la carte des emplois car elle proposait de créer des postes, notamment au sein des lycées de la région pour répondre aux besoins de maintenance informatique. C’est un de nos combats depuis le début de la mandature : reinternaliser le service de maintenance informatique externalisé en ex midi Pyrénées. C’est un bon début donc mais insuffisant pour répondre aux besoins qui s’expriment au sein des établissements.

Les vœux : un moment de débats possible

Les vœux nous ouvrent une fenêtre pour débattre quelque peu. Notre voeu sur la situation des urgences a été voté majoritairement.

Par contre notre vœu sur l’aéroport Toulouse Blagnac demandant à la région d’accompagner la démarche en faveur de la nullité de la vente n’a pas reçue de majorité suffisante. Nous nous sommes exprimés sur le sujet au sein d’un communiqué que vous pouvez retrouver ici.

Nous avons également voté des vœux présentés par le PS, le PC et EELV quand ils allaient dans le bon sens ( par exemple en faveur du train Perpignan Rungis, ou de la défense des écoles publiques en milieu rural).

Combattre l’extrême droite sur un terrain pertinent

Nous ne commenterons pas l’attitude du RN qui tente de polariser l’attention au sein de l’AP.

Nous nous contenterons du contenu des interventions et propositions de l’extrême droite : au delà des propos inacceptables au sujet des réfugiés, les positions défendues sont ridicules et ne correspondent en rien à ce qui est exprimé aujourd’hui dans les luttes. Pour le RN un des problèmes des urgences et de leur saturation c’est la présence massive des « immigrés légaux et illégaux ». En plus de tenir un propos outrancier, le RN se ridiculise et semble ne pas avoir compris les doléances des soignant-e-s dont la préoccupation est de bien soigner les patients et de bénéficier pour cela de véritables moyens.

Le RN est dans l’imposture et c’est cela qu’il faut dénoncer tout comme leur vision libérale, imbécile et donc à courte vue : ce parti d’extrême droite se fait passer pour le défenseur des services publics sauf quand il s’agit d’engager des dépenses pour permettre à ce dernier de fonctionne. Il est contre le recrutement de nouveaux agents. Comment fait on fonctionner une nouveau lycée sans agents? Peut être le RN envisage t il comme Emmanuel Macron, l’emploi de précaires dans la fonction publique?

Le RN qui se fait passer pour le défenseur des « petites gens », exprime pourtant son mépris de classe quand il s’agit de stigmatiser les plus modestes qui bénéficient des trains à un euro.

Et le RN a enfin avoué sa position concernant la gratuité des manuels et outils pédagogiques bénéficiant aux élèves et aux apprentis : le RN est contre. Sans doute trouvé t il normal de faire payer l’éducation aux familles. Belle preuve de la défense d’un service public ( pour nous nécessairement gratuit et échappant à la logique marchande) pour tous et toutes!

Le RN est un parti d’extrême droite aux positions économiques libérales. L’invitation certes finalement abandonnée, de Marion Maréchal Le Pen à l’université d’été du Medef en est une démonstration supplémentaire.

Pour finir

L’activité des élu-e-s de la France Insoumise ne se résume pas à la tenue des assemblées plénières fort heureusement!

Nous continuons à mener les combats pour la justice sociale, l’urgence démocratique et écologique au sein de l’institution mais aussi à l’extérieur.

Prochainement un parrainage républicain de lycéen-n-e-s demandeurs et demandeuses d’asile, aura lieu au sein de la région Occitanie. Nous en sommes à l’origine.

L’expression de la solidarité est aussi un de nos combats.