Interdiction de manifester : assez !

Communiqué de Myriam Martin, conseillère régionale Occitanie, Ensemble, France Insoumise

Interdiction de manifester : assez !

Ce 20 juin est la journée internationale des réfugié-e-s. Des manifestations et des rassemblements ont eu lieu et auront lieu partout en France. Mais pas à Toulouse. Le préfet l’a interdite.

Pourtant cette manifestation était l’occasion d’affirmer l’égalité des droits et la régularisation des sans papiers. Ces sans papiers qui ont travaillé pendant la pandémie, occupant des postes ô combien utiles (nettoyage, soins et services à la personne, commerce et distribution etc.) mais à qui on refuse les droits élémentaires.

Pourtant la préfecture de la Haute Garonne a diffusé un communiqué rappelant que « La journée mondiale des réfugiés est un rendez-vous annuel au cours duquel acteurs institutionnels, associations, réfugiés et société civile se réunissent pour célébrer les valeurs d’accueil et de solidarité et faire découvrir les actions menées sur le territoire français en faveur des personnes accueillies ». Comment justifier l’interdiction de se rassembler quand cette initiative aura lieu à Paris ?

Cela fait trop longtemps que la liberté d’expression est niée à Toulouse. Devons-nous rappeler que  nous sommes dans un état de droit et que manifester est un droit fondamental de toute société démocratique.

Tous ceux et toutes celles qui ont fait part de leur souhait de voir interdites les manifestations le samedi, pensent-il-elle-s, encore aujourd’hui, qu’il fallait interdire tout rassemblement de solidarité avec les réfugié-e-s ? Ce n’est pas ce que pense le Conseil d’Etat dont le juge des référés a suspendu l’interdiction générale et absolue de manifester sur la voie publique, la semaine dernière.

Nous exigeons le retour des droits et des libertés.