Mona nous a quitté…

Mona Donat nous a quitté brutalement le 3 juin, après plus de 40 ans de luttes à battre le pavé et défendre les plus faibles. Employée avant sa retraite aux Chèques postaux de Toulouse, sympathisante communiste, engagée dans toutes les mobilisations, marcheuse des samedis avec les Gilets Jaunes, elle avait rejoint Ensemble il y a quelques années. Un hommage lui a été rendu à Saint-Jean devant son domicile le 6 juin.

Nous publions ci dessous un texte de Myriam Martin, porte parole d’Ensemble, et de Nadine Stoll, sa camarade de lutte.

J’ai rencontré Mona lors de la constitution de notre courant Ensemble.

Que dire? Mona détonnait par son naturel. elle n’attendait pas son tour pour intervenir. Elle réagissait avec passion, naturellement si elle avait envie de dire quelque chose. C’est devenu une habitude, notre Mona avait son mot à dire et on écoutait. Elle était de toutes les manifs,

En réunion comme sur le pavé elle était toujours révoltée, elle exprimait sa colère, son refus de l’injustice haut et fort.

Mona c’était la camarade au grand coeur. Toujours humble, amicale, toujours l’envie d’échanger, de comprendre, de débattre. Et toujours le sourire aux lèvres!

Mona a voué une grande partie de sa vie à son engagement pour un monde meilleur. A tel point qu’il paraît incroyable de ne plus la voir dans la rue, dans les manifs, quasi infatigable marcheuse. A la prochaine manif je sais que je vais chercher des yeux la belle rousse qui venait vers moi en souriant pour me faire la bise.

Adieu Mona, notre amie, notre camarade, le combat continue comme on dit, sans toi mais avec note Mona au fond de notre coeur et dans notre poing levé serré et rageur.

Myriam Martin Ensemble 31

 

J’étais en réunion hier soir quand j’ai lu le mail nous annonçant le décès de Mona. Je n’ai pu réprimer un cri, celui de la stupéfaction, du choc que l’on reçoit sans s’y attendre. Ne plus voir Mona au détour d’une manif, c’est à peine imaginable!…

On s’est connues fin des années 90 sur le parvis des Chèques Postaux rue Palaprat lors des distributions de tracts ou en réunion des communistes des Chèques, elle comme sympathisante, « jamais encartée! », c’était son principe. « J’ai toujours été contre le nucléaire, impossible d’adhérer au PCF! Et puis, je ne supporte pas les gourous, ni les gourrettes ». C’était son leitmotiv de toujours. Qui ne l’a pas entendue le clamer haut et fort lors de nos réunions d’Ensemble?!…

Elle nous racontait qu’elle venait d’une « famille bien à droite et bien catho », qu’elle « venait de loin » et qu’elle avait tracé son chemin seule. Elle ne s’embarrassait pas des politesses ou de mots entre-deux, son franc-parler faisait sa personnalité mais jamais sur le ton de l’invective, en tout cas entre camarades. Pour ce qui est de la police, c’était autre chose….

Elle aimait le contact avec les camarades, pour se sentir moins seule, disait elle souvent. Nos réunions d’Ensemble, nos débats contradictoires, argumentés, lui faisaient du bien. Elle avait une sainte horreur des « béni-oui-oui ».

Elle me disait depuis ces dernières années qu’elle préparait son départ pour faire place nette à ces filles avec qui elle abordait tranquillement le sujet.

On aurait préféré attendre encore quelques années pour la voir partir pour de bon.

Mona, je suis très triste et te pleure en pensant à nos échanges entre bonnes copines que nous étions.

On te garde une place dans toutes les manifs à ve nir! Sois en sûre !….

Nadine Stoll, camarade mais pas gourrette !