Montpellier : la décision scandaleuse et bureaucratique de l’exécutif EELV

La décision brutale de retirer le soutien d’EELV à la tête de liste Clothilde Ollier le week end dernier a choqué bon nombre d’entre nous, au-delà des rangs soutenant la liste qu’elle conduit pour les municipales à Montpellier.

Sur la forme c’est une méthode digne d’une autre époque, époque qu’on croyait révolue, et ce d’autant qu’à EELV on met en avant une culture « libertaire » où les groupes locaux bénéficient d’une certaine autonomie. Visiblement ce n’est pas le cas !

Sur le fond les explications données par Julien Bayou, secrétaire national d’EELV, de Yannick Jadot, député européen et des responsables locaux comme Mr Roumegas ou Mr Reynaud, laissent sans voix. Tant de mauvaise foi et de violence réunies en quelques interviews il fallait oser.

Ainsi donc Clothilde Ollier n’appliquerait pas « la ligne écologique » d’EELV, serait trop proche des membres d’autres organisations ou courants politiques qu’elle a réussi à rassembler, aurait « privilégié son ambition personnelle » affirment ceux qui bien sûr n’en ont pas ! Mr Jadot ne rêve absolument pas d’être candidat à la présidentielle, Julien Bayou n’a aucune ambition nationale et Mrs Roumegas et Reynaud ne rêvent pas de conduire la liste en lieu et place de Clothilde Ollier ! « Elle n’est connue » de personne disent encore ses détracteurs. Quel mépris ! Une jeune femme mère célibataire, infirmière urgentiste, syndicaliste ne peut prendre la place d’un ancien député ?!

Enfin comble du comble certains dirigeants EELV ironisent sur « l’aspect pastèque » de la liste vert dehors rouge dedans), usant du même humour éculé du maire de Toulouse, le très à droite Jean Luc Moudenc quand il caractérise la liste « Archipel » à Toulouse que je soutiens et qui est soutenue et conduite par….un membre d’EELV, de liste « pastèque »!

Ce qui est notable dans cette prise de position c’est qu’elle révèle les attitudes et stratégies à géométrie variable de l’exécutif d’EELV, à Montpellier comme dans d’autres villes d’Occitanie.

Un éclairage s’impose. A Montpellier Mr Roumegas accepte et participe à la primaire ouverte d’EELV. Et la perd. Aussitôt il quitte EELV et monte une autre liste. A-t-il des ennuis avec l’exécutif d’EELV pour ne pas avoir respecté le bilan des urnes ? Que nenni !

A Perpignan, la candidate EELV conduit une liste soutenue par le PS. L’exécutif d’EELV et Yanick Jadot ont vérifié que la ligne écolo d’EELV était appliquée à la lettre ou l’ont ils donc imposée ?

A Toulouse comme déjà évoqué plus haut, va-t-on retirer le soutien d’EELV à notre tête de liste car il côtoie de vilain-e-s insoumis-e-s ou sommes-nous fréquentables à Toulouse mais pas à Montpellier ?

La décision d’EELV n’est que de la posture ou un prétexte parce que des vieux caciques qui appartiennent au vieux monde dont les électeurs et les électrices ne veulent plus, ont décidé qu’ils ne céderaient jamais leur place ou bien parce qu’ils ont déjà dessiné des alliances possibles au deuxième tour des municipales, voire même plus loin pour les régionales à venir.

L’exécutif d’EELV s’honorerait à revenir en arrière comme s’honorent des élu-e-s régionaux-ales d’EELV respectant la liste conduite par Clothilde Ollier et continuant à la soutenir.

Pour ma part j’apporte mon modeste soutien, plein et entier, à Clothilde et à tous les membres de sa liste. Un espoir est né à Montpellier, l’espoir d’une alternative pour la ville répondant à l’urgence écologique, sociale et démocratique. Ne le brisez pas.

Déclaration de Myriam Marin porte parole de Ensemble ! Conseillère régionale France Insoumise Occitanie