Sur la situation sociale et politique… Par Hendrik Davi, député LFI-NUPES de Marseille

Sur la situation sociale et politique…

Cette rentrée se fait dans un contexte d’accroissement de l’instabilité sociale et politique. Pour des raisons différentes, les trois principaux moteurs de l’économie mondiale se grippent (choc gazier en Europe, hausse des taux d’intérêt aux Etats-Unis, confinements et crise immobilière en Chine) et ce, de manière concomitante, ce qui n’avait pas été le cas lors de la grande crise financière de 2008[1]. Le système économique est à bout de souffle et le risque est toujours plus grand que toutes ses contractions explosent en même temps dans une crise systémique.

L’été fut aussi terrible sur le plan climatique avec des séquences de sécheresses (la pire en Europe depuis 500 ans[2]), canicules, incendies de forêts (62 000 ha en France, 700 000 ha en Europe, mais aussi encore en Californie) et inondations (plus de 1000 morts au Pakistan[3]) qui démontrent les impacts du changement climatique sur nos sociétés.

Cette situation devrait alimenter les colères sociales. En effet, les salaires perdent rapidement de leur valeur avec l’inflation (5.8% sur un an en France). Et ce n’est pas la crise pour tout le monde. Le marché des jets privés a par exemple explosé en France[4] et en 6 mois Total a engrangé plus de 10 milliards de bénéfice[5].

L’ horizon écologique et économique s’assombrit et les inégalités sont de plus en plus criantes. Le cocktail est donc explosif en cette rentrée, notamment en France où Macron conserve son image de président des riches et alors qu’il ne dispose pas de majorité politique à l’Assemblée. Mais la traduction de ces tendances dans des mouvements sociaux et des crises politiques n’est jamais mécanique. D’autant plus que, partout en Europe, les partis d’extrême droite sont à un niveau très élevé et le risque de bascule vers des pouvoirs néofascistes demeure réel. Avant de revenir sur le cas français, faisons un tour d’horizon de la situation sociale et politique à l’étranger.

Des mobilisations sociales sur les salaires ont eu lieu partout en Europe et en Afrique sur le transport aérien (grèves en Allemagne, Belgique, Espagne, Portugal, Tunisie, Maroc, Côte d’ivoire…). Des grèves ont aussi lieu dans les transports ferroviaires aux Pays bas[6]. De fortes mobilisations sont prévues en Grande Bretagne en septembre avec même le spectre d’une grève générale[7].

La situation politique est contrastée. En Amérique Latine, nous observons plutôt un retour des gauches au pouvoir : victoires de Pedro Castillo au Pérou en juin 2021, de Gabriel Boric au Chili en décembre 2021, après des luttes sociales très fortes et avec un processus de constituante, et de Gustavo Petro en Colombie en juin 2022. Il est probable que la gauche avec Lula l’emporte aussi au Brésil à l’automne. En Italie, par contre, la cheffe du parti Fratelli d’Italia, d’extrême droite, pourrait emporter les élections législatives du 25 septembre prochain. Enfin, les élections à mi-mandat aux USA seront peut-être plus serrées que prévu.

En France, la situation sociale chauffe par en bas avec une multiplication des grèves dans les transports en commun, dans le secteur de la petite enfance, une situation dramatique dans les hôpitaux, une pénurie d’enseignants à la rentrée et la vie chère. La situation politique est donc compliquée pour le gouvernement. Pour Macron, la seule solution pour disposer d’une majorité politique stable à l’Assemblée serait d’avoir un accord dans la durée avec les Républicains. Mais ce n’est pas encore fait, car pour les Républicains un accord durable est risqué. Laurent Wauquiez estime, par exemple, que la ligne rouge est le vote du budget, qu’il ne faut pas voter selon lui. D’autre part, toutes les concessions faites aux républicains comme sur la réforme des retraites sont de nature à attiser la colère sociale et à renforcer l’unité de la NUPES. Toute explosion sociale et/ou tout effondrement du gouvernement dans l’opinion sera de nature à affaiblir le bloc au pouvoir et un éventuel accord LREM-LR.

A gauche la NUPES est symbole d’espoir. Son unité, malgré les difficultés, a été préservée durant l’été. Le centre de gravité du rassemblement est la France Insoumise et donc sa frange la plus radicale concernant la transformation sociale et écologique, ce qui est inédit dans l’histoire de la gauche. Mais pour l’instant la NUPES n’a pas encore convaincu au-delà du cercle de ces électeurs aux législatives[8]. L’équilibre n’est pas simple à trouver, il faut à la fois incarner une opposition radicale à Macron, mais une opposition crédible et prête à gouverner en cas de dissolution. A l’opposé, le Rassemblement National conforte ses positions. Il profite de la diabolisation de la NUPES par le gouvernement et de la dérive droitière de Darmanin, qui de nouveau agite l’islam et l’immigration comme boucs émissaires. En cas de crise, le risque est grand qu’il récupère la mise.

Dans ce contexte, le rapport de force dépendra essentiellement de la situation sociale dans la rue et de notre capacité au sein du parlement, et plus largement au sein de la société, à convaincre que nous avons les solutions programmatiques pour faire face aux crises que nous traversons. En ce qui concerne les luttes, nous devons avancer à la fois sur des mouvements de grève dans les entreprises qui coagulent durant tout l’automne pour aller vers un vaste mouvement d’ensemble et des manifestations le week-end. La CGT et Solidaires appellent à une journée de grève interprofessionnelle le jeudi 29 septembre[9]. Il y a aussi plusieurs appels sectoriels à la mobilisation : par exemple France télévision le 12 septembre ou le secteur santé et action sociale le 22 septembre. Enfin, 17 partis, syndicats et associations se réuniront le 12 septembre pour décider d’une marche contre la vie chère un week-end d’octobre. Mais nous ne devons pas sous-estimer le pessimisme existant chez de nombreux militants syndicaux.

Quelles sont nos tâches dans la période ?

Évidemment, nous devons tout faire collectivement pour que les colères coagulent dans un grand mouvement social d’ensemble. Ce mouvement ne réussira pas sans les acteurs associatifs et syndicaux. Nous ne devons donc pas faire contre eux, mais avec eux. Un de nos premiers mots d’ordre doit donc être la syndicalisation du plus grand nombre. Les salariés doivent s’organiser en se syndiquant et rejoindre aussi massivement les associations qui luttent contre les politiques écocides ou contre la grande précarité. La grande marche contre la vie chère proposée initialement par Jean-Luc Mélenchon doit donc être organisée le plus collectivement possible, en complémentarité des dates de mobilisations syndicales. De la même manière, nos actions sur le Ségur de la santé avec visite des hôpitaux ou nos interventions dans les universités doivent se faire en dialogue avec les acteurs existants. Mais, nous l’avons vu avec les gilets jaunes, les mobilisations sortent souvent des cadres existants, car ces cadres sont trop affaiblis ou insuffisamment combatifs, avec des journées d’actions espacées et sans lendemain. Nous devons donc être attentifs aux possibilités d’auto-organisation des luttes : coordinations ou assemblées générales, occupations de places, d’entreprises ou de ronds-points. Nous devons favoriser ce qui permet le développement et l’élargissement de la mobilisation et éviter tout ce qui la ralentit ou en réduit le périmètre. Nous gagnerons si nous avons un vaste mouvement d’ensemble des salariés contre le gouvernement, ce qui ne peut pas se réduire à une mobilisation des militants FI, ou même NUPES évidemment.

La colère est là, mais souvent ce qui manque pour qu’une mobilisation ait lieu est la confiance qu’un autre monde est possible. Pour cela, nous devons donner corps au programme de la NUPES au travers de tribunes dans la presse ou de propositions de loi, notamment lors de la première niche parlementaire qui reviendra à la FI à l’automne. Mais pour que cette confiance soit là, nous devons préserver l’unité de la NUPES, ce qui impose par moment de faire des compromis. Ces compromis ne doivent pas se faire à n’importe quel prix, car nous devons aussi préserver un centre de gravité de la NUPES avec une radicalité sociale, écologique et démocratique. A l’Assemblée, nous devons donc multiplier les actions communes et dans toutes les circonscriptions essayer d’avoir des coordinations de la NUPES représentant toutes les forces politiques et sociales, ainsi que des assemblées de circonscription régulière (mensuelle par exemple). C’est le dispositif que nous avons dans la 5ème circonscription des Bouches-du-Rhône. La coordination se réunira demain et décidera d’une assemblée de circonscription la semaine suivante. La NUPES localement pourra évidemment aussi se construire sur d’autres périmètres en fonction des situations locales

Le parlement de la NUPES issu de la campagne législative pourrait avoir un rôle important, du fait de sa composition, pour alimenter les débats et faire avancer le fédération politique et sociale que nous construisons notamment au travers de la journée d’actions contre la vie chère.

Mais l’unité ne se renforce que dans l’action. Cinq sujets me semblent importants en cette rentrée : la lutte pour la hausse des salaires, la pétition sur la taxe sur les superprofits que je vous invite à signer et partager massivement[10]avec comme perspective un référendum d’initiative partagée, la situation dans les hôpitaux, celle des écoles et le débat autour de la sobriété.

J’interviendrai sur les écoles de la circonscription car leurs situations à Marseille est particulièrement dégradée. Avec le groupe LFI, nous avons déposé en août une première proposition de loi, visant à garantir le droit fondamental à l’éducation, avec notamment la titularisation des contractuelles et la revalorisation de 10% des salaires. Cette semaine nous avons déposé une seconde proposition de loi avec la gratuité des fournitures scolaires et des cantines.

Nous organiserons aussi une rencontre avec les soignants à la Timone dans la dynamique impulsée autour de la FI sur Allô Segur. Enfin en septembre, nous participerons aussi à un débat sur les bateaux de croisière. J’ai alimenté le débat sur la sobriété durant l’été avec un interview dans Libération[11], une tribune dans Reporterre[12] et au travers du débat sur les jets privés et les golfs sur les réseaux sociaux[13]. Ce sujet me semble important, car nous ne sortirons pas de la crise écologique sans repenser en profondeur nos moyens de production et nos modes de consommation. Le remplacement de toutes les voitures thermiques par des voitures électriques n’est pas la solution. D’autre part, ces changements ne seront pas acceptés socialement, si nous ne nous attaquons pas aux gaspillages générés par les plus riches et leurs besoins artificiels. Le terrible été sur le front des incendies a été aussi l’occasion pour moi de déposer avec Mathilde Panot une proposition de loi sur la forêt[14], qui est menacée par le démantèlement de l’ONF et les injonctions à la productivité[15].

Enfin, la situation des universités est particulièrement préoccupante. La sélection se renforce année après année avec Parcoursup et la plateforme « Trouve mon master ». En juillet, près de 100 000 étudiants étaient sans affectation. La précarité étudiante se renforce encore plus avec l’inflation[16]. Je serais rapporteur pour la commission Éducation et affaires culturelles de l’Assemblée Nationale concernant les articles sur l’Université et la vie étudiante. J’ai choisi de faire porter le rapport sur un bilan de la loi sur l’autonomie des universités. En effet, cette loi a organisé l’austérité au sein des universités et la concurrence entre elles, qui conduit mécaniquement aujourd’hui à plus de sélection et donc au renforcement du secteur privé. La même logique conduira demain à l’explosion des frais d’inscription comme dans tant d’autres pays. Avec les autres députés FI, nous sommes à la disposition des étudiants et lycéens pour expliquer en quoi les réformes de l’école et de l’université conduisent à la marchandisation de ces services et au renforcement des inégalités. N’hésitez pas à nous solliciter pour nous faire intervenir.

La France Insoumise

Dans ce contexte, il est urgent que notre mouvement insoumis se renforce et se transforme. Le succès de nos universités d’été est indéniable avec plus de 4000 participants. Nous avons maintenant besoin de nous inscrire dans la durée. Manuel Bompard[17] puis Clémentine Autain[18] ont lancé le débat sur ces questions. Je partage leurs préoccupations. Nous devons renforcer les groupes d’appui à la base en leur donnant plus d’autonomie notamment financière, ce qui passe par des cotisations et des reversements aux groupes d’appui. Pour aussi structurer la NUPES à différents échelons ou pouvoir dialoguer avec les représentants du mouvement social en territoires, la FI doit se doter d’une représentation démocratique à des échelons intermédiaires (ville, département et région). Enfin, nous devons améliorer nos structures et instances nationales comme la coordination des espaces, qui permettent les débats entre nous, nous rendent plus efficaces et légitiment démocratiquement les décisions prises. Le mouvement est maintenant mûr pour avancer dans ces directions. Mais il faudra évidemment faire attention à ne pas perdre la sève que constitue son horizontalité et son ouverture à la société qui ont fait son succès en 2017 et 2022. Ce travail de structuration ne doit évidemment pas nous paralyser à un moment où nous avons tant besoin d’être dans l’action.

La gauche Ecosocialiste

Enfin, je finirai par la Gauche éco-socialiste (ex Ensemble Insoumis) à laquelle j’appartiens qui a tenu ces premières journées d’été. Je suis très attaché au pluralisme et je pense que comme d’autres partis qui soutiennent la FI (le POI, le PG, REV), notre organisation est porteuse de valeurs et de débats utiles pour l’ensemble du mouvement insoumis. La Gauche écosocialiste réunit des militants issus de divers parcours, venant notamment du NPA. Nous sommes anticapitalistes et antiproductivistes, ayant pour projet une société émancipée du patriarcat, du racisme et débarrassée de la logique d’accumulation du capital et donc de son corollaire : une société de consommation prédatrice sur les écosystèmes. Enfin, nous sommes très attachés à la démocratie au sein de la société (VIème république), du travail (démocratie sociale et auto-organisation) et aussi au sein de nos organisations. Je vous invite donc à voir les vidéos de nos deux journées de débat de cet été[19] et à nous rejoindre[20].

Hendrik Davi, député LFI-NUPES.

[1] https://www.lemonde.fr/economie/article/2022/08/30/etats-unis-europe-chine-alerte-a-la-recession-planetaire_6139462_3234.html

[2] https://www.lefigaro.fr/international/l-europe-est-confrontee-a-sa-pire-secheresse-depuis-500-ans-20220824

[3] https://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/pakistan-ce-que-l-on-sait-des-inondations-devastatrices-qui-ont-fait-au-moins-1136morts-en-troismois_5333569.html

[4] https://www.mediapart.fr/journal/france/280822/le-leader-francais-du-jet-prive-brule-la-planete-en-toute-impunite

[5] https://reporterre.net/En-6-mois-TotalEnergies-a-engrange-plus-de-10-milliards-d-euros-de-benefices

[6] https://www.laprovence.com/actu/en-direct/6882825/pays-bas-le-trafic-ferroviaire-paralyse-par-une-greve.html

[7] https://www.la-croix.com/Monde/Royaume-Uni-face-lexplosion-prix-pays-greve-2022-08-29-1201230726 voir aussi https://ensemble-insoumise.org/trop-cest-trop-greves-pour-les-salaires-en-grande-bretagne/

[8] https://www.liberation.fr/politique/sondage-viavoice-la-nupes-doit-encore-faire-ses-preuves-20220824_AUZLFVAS25HQTAZZSURKYWM4JE/

[9] https://www.cgt.fr/comm-de-presse/communique-commun-cgt-et-de-lunion-syndicale-solidaires

[10] https://taxesuperprofits.fr

[11] https://www.liberation.fr/politique/sobriete-energetique-avec-lexecutif-cest-la-strategie-des-petits-pas-20220803_VNC54347KFFF3P55CGBIO46SX4/

[12] https://reporterre.net/Sobriete-energetique-l-Etat-toujours-a-cote-de-la-plaque

[13] https://rmc.bfmtv.com/actualites/societe/secheresse-l-arrosage-des-golfs-pointe-du-doigt-par-des-elus-eelv-et-lfi-la-federation-se-defend_AN-202208030324.html

[14] https://www.liberation.fr/environnement/biodiversite/apres-les-grands-incendies-de-lete-loffice-national-des-forets-redevient-un-enjeu-politique-20220821_QMHJKSVWLVAFTHFMAOFBCEW4JU/

[15] https://blogs.mediapart.fr/hendrik-davi/blog/030822/pour-un-vrai-plan-d-adaptation-de-nos-forets-au-changement-climatique

[16] https://www.liberation.fr/societe/education/pour-les-etudiants-une-rentree-dispendieuse-20220816_JWL3PI46WRAXZNVKRBOBZJKJPI/

[17] http://www.regards.fr/actu/article/manuel-bompard-une-force-d-alternative-prete-a-gouverner-demain

[18] https://clementine-autain.fr/lfi-franchir-un-cap-pour-gagner/

[19] https://m.facebook.com/GaucheEcoSoc?lst=100007249863944%3A100064762565579%3A1661949406

[20] https://ensemble-insoumise.org/contactez-nous/