Un 8 mars international, global et unitaire qui doit se poursuivre !

Les inégalités salariales et professionnelles, l’augmentation de la pauvreté et de la précarité pour les femmes, les violences faites aux femmes parce qu’elles sont des femmes, les discours et pratiques sexistes, le non accès ou les tentatives de remise en cause des droits à la contraception et à l’avortement se multiplient partout dans le monde.

Dans beaucoup de pays, des femmes se lèvent contre la banalisation des idées d’extrême droite et les politiques conservatrices qui sont une menace directe contre nos droits. Ce fut le cas, particulièrement en Pologne,en Islande,en Argentine et aux États Unis .

En France nous étions des dizaines de milliers à manifester contre la loi « Travail » .

Le 8 mars 2017 s’inscrit dans ces luttes . On peut s’agacer d’une journée « dédiée » où les médias vont encore s’emmêler les pinceaux entre « journée des femmes » quand ce n’est pas « journée de la femme avec un grand F » et journée des droits des femmes….De multiples bêtises vont encore être entendues !

C’est pourquoi le 8 mars doit être une journée d’actions et de luttes comme l’a été le 8 mars 1917, où les ouvrières de Pétrograd (Saint Petersbourg) manifestèrent en nombre à la fois pour réclamer du pain, de meilleures conditions de travail mais aussi le droit de vote. Les droits des femmes sont indissociables les uns des autres, il n’y a pas d’un coté des droits qui seraient spécifiques (comme la contraception) et l’égalité dans l’espace professionnel et public. L’égalité est un tout : comment peut on dire que l’on fait tout pour faire avancer l’égalité professionnelle en faisant voter la loi El Khomry qui augmente la précarité et la pauvreté des femmes, les privant encore plus d’autonomie ?

L’égalité est un tout  indissociable et transversal.

Cette année marque une étape importante dans la mobilisation pour le 8 mars  :  En France, les femmes sont toujours payées 26% de moins que les hommes. Comme si, à partir de 15h40, elles travaillaient à l’oeil ! C’est à partir de ce constat renversant que les organisations syndicales (CGT, Solidaires, FSU) ont décidé d’organiser la mobilisation avec les associations féministes, en s’engageant ensemble et pleinement dans des appels à l’action et à la grève.

Cette année en France comme dans d’autres pays dont l’Argentine,la Suisse, l’Italie, l’Uruguay (…), cette mobilisation unitaire est soutenue par de nombreuses organisations. Toutes appellent  à des manifestations, événements ou arrêts de travail à 15h40, à la grève et à toutes formes d’actions pour revendiquer une égalité totale et réelle.

Dans un contexte de divisions, l’égalité revendiquée unitairement est déjà une victoire et un espoir !

Le 8 mars 1917, la grève des ouvrières de St Petersbourg fut un des éléments déclencheurs de la révolution russe. En 1997, la seule manifestation nationale unitaire pour la réduction du temps de travail était une manifestation féministe. 100 ans de luttes plus tard, les femmes du monde entier sont en marche car se battre pour les droits des femmes c’est se battre pour les droits de tous et aller vers une société plus égalitaire pour toutes et tous.

Marie Claude Herboux, Cécile Silhouette.

voir le site unitaire : http://8mars15h40.fr/