Une croissance infinie dans un monde fini,c’est fini, à Toulouse comme ailleurs !

Communiqué du Collectif « Pensons l’aéronautique pour demain – PAD »

Une croissance infinie dans un monde fini,c’est fini, à Toulouse comme ailleurs !

Le transport aérien est lui aussi contraint de se remettre en cause.

Pour vous présenter l’avancée de ses travaux de réflexion commune, le PAD a tenu une conférence de presse
le jeudi 4 mars à 11 heures la Bourse du travail

https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/climat-a-toulouse-un-collectif-de-salaries-d-etudiants-de-citoyens-imagine-un-avenir-avec-moins-d-avions-1982560.html

https://www.20minutes.fr/planete/2990871-20210304-coronavirus-toulouse-moins-voyages-moins-pollution-envisagent-aeronautique-autrement?fbclid=IwAR3inFxcO8DB-tBJ2cbLxXKmarwxFQiZPqogQoDps5Aia0Hy1MUM73KkHUA

https://www.lejournaltoulousain.fr/societe/un-collectif-citoyen-restitue-ses-propositions-pour-lavenir-de-laeronautique-114946/

 

L’intensification des voyages permis par le développement très important du transport aérien à été l’un des principaux vecteurs de la diffusion du Covid 19. Cette pandémie a mis ce secteur quasiment à l’arrêt en fragilisant, par là même, l’industrie aéronautique. Mais derrière la crise sanitaire, il est une autre crise, plus profonde, plus durable. C’est la crise climatique dont la montée en puissance est actuellement hors de contrôle (les récents travaux du GIEC et les prévisions de Météo France le confirment). C’est le moment de repenser « nos » modèles touristiques, économiques et de croissance.

Il y a urgence à agir pour la reconversion et la diversification de la production aéronautique, à Toulouse particulièrement, qui, seules, permettront d’empêcher les licenciements, de préserver les emplois et d’en créer dans des filières socialement utiles et réellement écologiques.

Il faut ouvrir les yeux sur la dégradation continue des conditions de vie des populations survolées à basse altitude et créer le concept d’une capacité environnementale pour chaque plate-forme.

Il faut faire le tri entre réalité et « infox » dans l’arrivée de l’avion supposé « vert », à hydrogène ou autre carburant « végétal », et identifier les vrais progrès pour « décarboner la planète ».

Il est indispensable enfin de repenser l’utilisation de l’avion pour voyager moins loin, moins vite, et moins souvent, mais peut-être plus longtemps et privilégier à la quantité la qualité de nos voyages.

C’est la force et l’originalité de ce collectif pensons l’aéronautique pour demain (PAD) qui regroupe la CGT Coordination de l’aéronautique, l’EAS (Etudiants pour une Aéronautique Soutenable), le CCNAAT (Collectif contre les nuisances aériennes de l’agglomération toulousaine), l’ATECOPOL, ATTAC, l’UPT, les AMD de Toulouse, le Manifeste pour l’Industrie, la Fondation COPERNIC, ICARE (Collectif de salariés), le Collectif « Non au T4 ».

Cette conférence de presse du 4 mars sera aussi l’occasion d’annoncer et de préciser les contours d’un événement durant l’été sous la forme d’un Forum ou d’Assises de l’aéronautique grand public qui viendraient à Toulouse remplir le vide du salon parisien du Bourget annulé pour cause de crise sanitaire.